En nous promenant dans le palais de la mémoires avec E. Papathanassiou nous rencontré Monsieur Thomas... qui, marchand de journaux, ne donne aux enfants que les bonnes nouvelles.. le Thomas au chapeaux claque sur lequel les oiseaux de la rivière se réunissent.. le Thomas dont on dit de lui qu' il a la tête faite de paille (Mister Thomas)

Nous avons aperçu le berger qui voulait porter la lune dans ses bras (who wanted to carry the moon in his arms) et qui, la voyant un jour se reposer dans une mare, voulut l'attraper et se noya .. c'est depuis ce jour que les dieux placèrent l'astre de nuit haut dans les cieux, afin que nul homme ne soit tenté de le voler (The Shepeherd and the moon)...

L'idiot du village nous a parler : "ils disent que je ne suis guère plus qu'un enfant.. un idiot, mais aujourd'hui c'est mon anniversaire et peut-être qu'ils ne se moqueront pas de moi…! J'entend les enfants chanter: "Regardez le vieux Benji.. c'est un enfant qui a 30 ans, il trait tous habillé dans la piscine si on lui disait qu'elle recèle un trésor.." J'aime bien Candy.. elle voit ce que je vois.. elle joue avec moi.. et elle sent si bon que les arbres.. ils disent que je ne suis guère plus qu' un enfant.." (Day of the fool)

Puis nous sommes descendue dans la vallée de la tristesse .. la vallée oú les montagnes et les plaines environnantes se réunissent pour pleurer lorsque les hommes l'ont désertée.. ils voulaient voir la capitale... on leur avait dit que la vie y était plus facile.. leurs pas firent des sillons dans la terre... et de ces sillons jaillit une rivière... on l'appelle la vallée de la tristesse (valley of sadness) . Dans une autre salle de ce palais Demis (le chanteur) aidé de Lucas (le batteur) mêlant le rythme au mouvement qu'il donnait aux mots, a pu un moment nous faire croire que la langue de Shakespeare était devenue celle d'Homme...

Boris Bergman